Carnets de route
Accueil
 
Sommaire

Voyage en Islande

Dimanche 6 novembre - De Egilsstaðir à Höfn

Aujourd'hui, nous commençons la journée de bonne heure. La preuve : le petit déjeuner n'est même pas encore prêt quand nous descendons de notre chambre !
Ce réveil matinal a une motivation : aller jusqu'au fjord de Seydisfjördur pour regarder le soleil se lever.
Mais du soleil, nous ne verrons rien, ni du fjord d'ailleurs. Après une montée sinueuse et verglacée, un épais brouillard nous a enveloppés, me faisant préférer rebrousser chemin. D'ailleurs, vu les traces de pneus sur la route, je n'étais pas la seule à avoir fait demi-tour à ce moment là.

Retour à Egilsstaðir, donc. Ce qui tombe plutôt bien puisque nous avions oublié quelque chose dans notre chambre ;o)

Bon, aller, ok, cette fois-ci, on part pour de vrai !
La route est plutôt tranquille, nous longeons un fleuve, descendant de plus en plus vers la mer.
Et puis ça y est, la grisaille cède la place à la pluie.... j'ai peine à croire qu'il y a deux jours, je me trouvais par -15ºC au milieu de la neige !

Alors normalement, là on devrait voir la mer... enfin... quelque part, dans cette direction... derrière la brume...
Et là premier loupé : je suis consciencieusement la route 96 comme indiqué dans le programme mais voilà qu'au lieu d'une p'tite route sympa qui longe le fjord, je me retrouve dans un tunnel qui coupe tout droit ! Mais vu la brume, est-ce que cela a vraiment changé quelque chose ?

Petit arrêt au village de Fáskrúðsfjörður (facile à prononcer, non ?). On y trouve une jolie église, des bateaux sur l'herbe (?!) et des noms de rues en islandais et... en français ! Ben oui, c'est là que les pêcheurs français et belges avaient leurs quartiers d'été alors forcément, vu comment on est doués pour les langues, on avait bien besoin de sous-titres dans les rues. :oP
Bon, il y avait aussi une vue sur la rive opposée du fjord mais ça, ça sera pour la prochaine visite...

Nous continuons la route, contournons le fjord (du même nom imprononçable) et accueillons avec joie la fin de la pluie et la disparition de la brume. (ouf !)

Islande

Maintenant, c'est au tour de Stöðvarfjörður avec pour changer une église au toit bleu (jusqu'à présent, elles étaient toutes rouges) et un arrêt croque-monsieur/hamburger. (encore !!!)

Nous enchaînons avec le fjord de Breiðalsvik et rejoignons la route nº1 que nous avions quitté à Egilsstaðir. Et comme par hasard, c'est maintenant que nous sommes de nouveau sur la "meilleure" route du pays que nous avons droit à des passages non bitumés ! et avec la pluie qui nous a précédés, autant dire que notre 4x4 blanc ne l'est pas resté très longtemps, blanc.

Retour à la civilisation et aux routes solides et sans trou. Mais retour de la pluie aussi.... un peu, beaucoup (trop ?). Alors du fjord de Berrfjöður nous verrons autant que du point de vue "immanquable" de Djúpivogur : du gris, du gris, du gris....

Bon, cette fois-ci, l'espoir de voir une éclaircie est définitivement envolée... Nous reprenons notre chemin, direction Höfn et son hôtel.
En chemin : quelques routes qui n'ont de route que le nom (pas de bitume, des cailloux éparpillés au gré des chutes de pierres...), des cygnes suages, de la pluie, des fjord (au fait, j'avais dit qu'aujourd'hui le thème était les fjords ?), une hypothétique superbe lagune (moi, tant que je ne le vois pas de mes propres yeux....), un col fort heureusement remplacé par un tunnel (ouuuuuuuuf !) et enfin, notre hôtel !

Islande

Bilan plutôt mitigé donc... ça aurait du être magnifique et ça a tout juste été pluvieux. Mais après les 5 beaux jours que nous avons eu, nous pouvons bien être déçus de temps en temps, non ? ;o)

Lundi 7 novembre - De Höfn à Kirkjubæjarklaustur

Ce matin, réveil un peu plus tardif : nous n'avons que 230 km à faire, ça va être tranquille.
Hélas, aujourd'hui encore le soleil nous fait faux bond ! Pourtant, à notre réveil, une timide éclaircie nous avait fait penser que le beau temps serrait de retour...

Nous ne nous laissons cependant pas décourager et nous reprenons la route nº1. Rapidement, nous nous retrouvons à longer le glacier Vatnajökull qui est tout de même le plus grand d'Europe ! Mais aussi grand soit-il, on dirait qu'il a encore un peu de mal à dépasser la brume...

Après une tentative infructueuse pour se rapprocher du glacier par un chemin cahoteux (au moins, c'est sportif comme conduite), nous décidons de nous en tenir à la route nº1.
De temps en temps, le soleil fait une percée, nous permettant d'admirer la beauté du paysage : la mer à gauche, le glacier à droite, les étendues d'herbe aux teintes orangées... que ce serait beau avec un peu de ciel bleu !

Et puis nous arrivons au lac de Jökulsárlon. Comme, ça, sans prévenir, au détour d'un virage, plein d'énormes glaçons amassés dans le lac... Waow ! Que c'est beau !!!
Pour la petite histoire, les icebergs du lac ont pour certains plus de 1000 ans et le lac fait jusqu'à 200m de profondeur.
Bon, ok, les chiffres sont impressionnants, mais le plus spectaculaire, ça reste tout de même la vision de cet amoncellement de blocs de glace. Et dire qu'en été on peut se balader en bateau entre les icebergs.

Islande

Et puis nous reprenons notre voyage à la recherche d'un restaurant... Et là, c'est la loose totale ! Car pour être déserte, elle est vraiment déserte la cote sud ! Les rares restaurants que l'on trouve sont fermés car hors saison...
Nous voilà donc obligés d'acheter des sandwichs dans une station-service. Station où il faut même demander la clef et sortir au fond du jardin pour aller aux toilettes !

Voilà, nous arrivons au parc national de Skaftafell et nous mangeons enfin, dans la voiture, sur un parking désert, au milieu de bâtiments touristiques fermés... Ca a un petit côté triste l'Islande une fois le flot de touristes passé.

Bon, aller, on s'arme de courage, de gants, de bonnets et zou, on part faire un petit (tout petit) tour du parc.
Nous montons le long d'un sentier dans les bois... C'est tellement rare les bois en Islande ! et puis une cascade, puis une autre et enfin la plus grande : Svartifoss. Et puis aussi une goutte, deux gouttes, ça y est, il pleut ! Et par 3ºC, se promener sous la pluie, ça fait vite froid ! Tant pis pour la suite le long de la lagune glacière de Svinafell, nous sommes trop pressés de retrouver la chaleur de la voiture.

Islande

Le chemin continue avec de belles étendues de sable noir et nous arrivons enfin à la ville dont on ne peut prononcer le nom (Kirkjubæjurklaustur). Là, nous partons à la recherche d'un lac et d'un ensemble de colonnes basaltiques que nous ne trouverons ni l'un ni l'autre... Tant pis, il se fait tard et la pluie commence à transpercer les vêtements, il est temps de finir la journée.

Ah, j'oubliais ! Coup de chapeau à monsieur qui a réussi à voir de loin un de ces fameux villages anciens aux toits en herbe. Moi qui déplorais de ne pas en avoir vu un seul...

Islande

A suivre...

Valid HTML 4.01!   Valid CSS!  APRIL