Carnets de route
Accueil
 
Sommaire

Voyage en Islande

Vendredi 4 novembre - Autour du lac Mývatn

Journée tranquille cette fois puisqu'il n'y a pas de route à faire.
Mais malgré tout, ça commence plutôt mal : une odeur nauséabonde s'échappe de la douche... d'abord diagnostiquée comme un relent d'égout, il s'avérera ensuite que ça n'était que du souffre dans l'eau... Tout de même... au réveil, ça surprend !

Après un copieux petit déjeuner (comme tous les matins, en fait), nous nous préparons pour le tour du lac.
Monsieur est parti dégivrer la voiture, je le rejoins rapidement... trop rapidement peut-être : le sac à dos s'ouvre, libérant les guides, la carte de l'île, les cartes postales... qui se vautrent dans la neige... Vite ! Vite ! Vite ! Opération sauvetage : tout récupérer, tout sécher....
J'en profite pour regarder le thermomètre de la voiture : -14ºC !!! Euuuh.... c'est un peu froid, non ?

Bon, ça y est, cette fois, on part ! En plus, le temps semble vouloir se lever, c'est encourageant.
Sauf que.... passer le premier virage, on dirait bien qu'il ne veut plus se lever du tout et on se retrouve de nouveau dans une parfaite purée de pois ! Pfff......
Et puis nous passons devant Höfði, d'où la vue sur le lac est superbe (quand il n'y a pas de brouillard) et qui offre une jolie balade sur la rive. Mais... trop de neige pour oser ne serait-ce qu'espérer approcher du parking... Re-Pfffff...... Ca promet pour aujourd'hui !

Arrivés à Dimmuborgir, même scénario : route impraticable ! Mais cette fois-ci, nous ne nous laissons pas démonter, garons la voiture sur le bord de la route (y avait juste la place pour pas gêner les deux ou trois voitures qui risqueraient de passer dans les 3 prochaines heures !) et gagnons le site à pieds.
C'est long, c'est fatiguant (beaucoup de neige), c'est oppressant (toujours beaucoup de neige) mais nous arrivons tout de même à ce qui aurait du être notre parking.
De là, nous pouvons faire un petit parcours entre les formations de lave et les arbres couverts de neige. C'est tellement beau que je fais des photos tous les 5 mètres ou presque.
Et puis au fur et à mesure que nous marchons, le ciel se pare de couleurs... jaunes là où se cache encore le soleil, bleu là où le ciel se laisse deviner... Les reliefs se font plus marqués, les brumes se déchirent.... et voilà que le temps se lève enfin !
C'est tellement beau, tellement surprenant.... je me sens euphorique ! Le brouillard m'écrasait de tout son poids et là c'est une libération !

Islande

Pleins de motivation pour le restant de la journée, nous regagnons la voiture.
Mais la motivation est de courte durée, contrariée par l'état de la route qui mène au cratère de Hverfjall... Etat confirmé par un autochtone qui lui avait le 4x4 qui fallait pour y aller, lui ! Dommage... il parait que la vue y était vraiment belle... Mais là ça fait vraiment loin pour y aller à pieds...

Islande

Nous dédaignons de même la "piste" (ah bon ? une piste ? où ça ?) de Grjótagjá, nous visitons "par erreur" un établissement de bains chauds, nous nous gelons les doigts pour un panoramique sur la vallée, nous ratons l'accès à Námaskarð pour finalement arriver à Krafla où il y a.... rien à voir !
Enfin si, il y a une usine géothermique qui fume de partout, mais pour réussir à voir les coulées de lave sous la neige.... il faut beaucoup d'imagination ! Et pour l'heure, moi, je ne vois qu'une immense plaine toute plate toute blanche.

Au retour, nous faisons bien attention à ne pas rater Námaskarð. La route est un peu enneigée... mais je me concentre très... je me persuade moi même... Enneigée ? Et alors ? J'ai un 4x4, moi, môssieur !
En plus, ça valait la peine : marmites de boue bouillonnantes, cheminées fumantes... il aurait été dommage de rater cela ! Surtout que c'est ça qui nous a permis d'identifier la fameuse odeur de la douche ce matin. Hmmmm.... que ça sent bon le souffre...

Islande

Aller, nous nous offrons un déjeuner rapide avant de nous lancer dans le tour du lac.
Alors le lac, c'est très marrant, par endroit, il fume ! A d'autres endroits, il est tout gelé... Et à d'autres endroits encore, le soleil d'hiver lui a donné une jolie teinte rosée.
Bon, là c'est difficile de résister à l'appel de la photo et j'arrête la voiture toutes les 5 minutes ! Bah après tout, sur une route déserte comme ça... c'est pas bien gênant.

Une fois le tour terminé, nous voulons retenter la promenade du matin à Höfði. Visiblement, là bas, le brouillard ne s'est jamais levé. Pire, on dirait même qu'il est encore plus retombé ! (ouch, le pauvre !)
Tant pis, on a déjà vu tellement de beaux paysages aujourd'hui que nos yeux sont remplis... après tout, cette balade, on peut bien s'en passer !

Samedi 5 novembre - De Mývatn à Egilsstaðir

Aujourd'hui, c'est une étape de route qui nous attend....
Avec un long plateau désolé au programme, je ne sais que trop ce que sera l'état de la chaussée pour avoir le courage de faire le détour de 100km suggéré au programme pour "voir la mer".
Après tout, à partir de demain, la mer, nous ne la quitterons plus jusqu'à Reykjavik !

Nous partons du lac sous le soleil, même pas un bout de brouillard cette fois !
Mais pas de regret en fait : c'était tellement magique et inattendu d'assister à la levée de la brume au milieu des amoncellements de lave et des arbres enneigés.

Et puis nous grimpons une colline, la redescendons et le voilà le fameux plateau !
Pour être désertique, il est désertique. Autant sur les autres routes il se trouvait toujours au moins une route ou une ferme par ci par là (même si il me semblait vraiment improbable que quelqu'un puisse vraiment y vivre...), autant là il n'y a rien, vraiment rien, pas même un vague semblant de piste, une hypothétique trace de vie... le désert complet.

Rapidement, le soleil devient plus un handicap qu'un avantage et je dois sortir mes lunettes de soleil. En Islande... qui l'eut cru ? (bah... moi, au moins, puisque j'avais pensé à les prendre :oP )
Avec le vent, la neige se trouve soulevée, entraînée sur la route... on se serait cru dans un film d'horreur... les flots de neige étant autant d'esprits maléfiques s'échappant de l'enfer pour recouvrir la terre. Enfin... quelques jours après Halloween, peut-être qu'ils rentrent tout simplement chez eux après avoir fait la fête. Bah tant qu'il ne m'emmènent pas avec eux, ils font ce qu'ils veulent après tout.

Bon, en pratique, avec le reflet du soleil sur cette mer de neige, ça revient pour moi à ne pas voir la route et à m'accrocher désespérément aux poteaux jaunes qui balisent la route... Sans eux, impossible de savoir où je roule !

Islande

Et puis finalement, la route descend... encore quelques lacets et la neige se fait plus rare... Ca y est ! Nous voyons enfin autre chose que du blanc !
Nous descendons encore, la route devient bonne et je peux même m'offrir une pointe à 80 km/h ! Depuis 4 jours, j'avais oublié ce que le mot "vitesse" voulait dire...

Arrive enfin Egilsstaðir et son lac (qui abriterait, d'après la légende, un monstre terrible.... Mais moi, je dis que vu la température, c'est comme les moucherons du lac Mývatn, on n'est pas prêts de le voir !).
Là nous nous offrons pour la première fois du séjour un bon déjeuner... hmmm.... ça fait du bien !
Pour le reste ? Bah.... Egilsstaðir a peut-être un beau lac mais le chemin pour s'en approcher et se promener autour restera à jamais un mystère insondable pour nous...
Dommage, l'après-midi nous parut bien morne du coup....

A suivre...

Valid HTML 4.01!   Valid CSS!  APRIL