Carnets de route
Accueil
 
Sommaire

Voyage en Islande

Lundi 31 octobre - Arrivée à Reykjavik

A Paris, octobre se termine tout doucement sur un automne doux et ensoleillé. L'été indien ne veut pas finir et les manteaux sont condamnées au placard.
Pauvres manteaux ! Ils ne méritaient pas un tel sort ! Alors nous avons décidé de nous sacrifier pour eux et de partir à la rencontre du froid polaire, là haut, tout là haut, dans la neige islandaise.

A vrai dire, ce n'est pas de nos placards que nous avons sauvé nos manteaux. Le grand froid ? Moi, je connaissais pas, alors la première expédition ça a été chez Andaska pour s'équiper en conséquence : entre 0 et -4ºC... Pour ma part, un peu stressée pour la suite : va-t-il faire beau ? Sera-t-il difficile de conduire dans la neige ? Aurai-je froid ? Aura-t-on assez de jour ?
Face à ce genre d'angoisses, un seul remède : le magazine féminin pour vraies filles ! Et comme j'étais vraiment stressée, j'ai choisi le plus débilissime d'entre eux : 20 ans ! C'est dire à quel point j'avais besoin de calmer mes angoisses ;o)

Bon, ça y est, à force de lire, l'avion fini tout de même par arriver.
"Oh, c'est beau !" ne cesse de répéter monsieur. Mais après l'émerveillement, à force de ne voir que de la glace, de la glace, de la glace... l'inévitable question jailli : mais où il va atterrir l'avion ? Déjà, au Mexique, on s'était posés quelques questions avec l'atterrissage au milieu de la jungle, mais là.... toujours pas de piste en vue !
Mais vu que l'avion a tout de même réussi à se poser, on peut supposer qu'il y avait une piste, finalement...

Il ne nous reste plus qu'à prendre la navette qui nous conduira à notre hôtel. En chemin, que de beaux paysages ! La mer, la neige, la lave... c'est vraiment superbe ! Superbe et triste à la fois.... une ambiance parfaite pour moi.
Et il n'y a pas que le paysage qui est remarquable, le froid aussi ! Surtout quand la navette nous lâche sur un parking venteux en attente d'une correspondance !
Froid qui se fit encore plus mordant quand il a fallut déambuler (pardon : glisser) dans les rues de Reykjavik à la recherche d'un restaurant....

Aller, juste une petite aurore boréale histoire de nous mettre en appétit et nous nous effondrons sur le lit. Demain, l'aventure commence !

Mardi 1er novembre - De Reykjavik à Borgarfjörður

Ce matin, réveil à 7h... Ouhlala ! Que c'est tôt ! Remarque, hier, à la même heure, il était 8h ! Et avant avant hier, passage à l'heure d'hiver oblige, il était 9h ! Finalement, c'est plutôt raisonnable comme heure, en fait :o)

Un copieux petit déjeuner et une voiture louée plus tard... nous voilà enfin sur la route pour entamer notre périple. Pour commencer, deux mots récurrents : magnifique et froid.

Islande

Bon, ok, ça commence par une première frayeur : une route gelée, des rafales de vent.... alors forcément, c'est pas facile de convaincre la voiture de rouler exactement droit.... En tout cas, malgré la difficulté de conduite, c'est très joli de voir les rafales de vent soulever al neige. On dirait presque que la route est recouverte d'un voile qui se soulève au gré du vent...

Et puis finalement, la route s'améliore et nous arrivons à notre première étape : Kerið.
C'est un ancien cratère avec un petit lac au fond... Bien sûr, ce n'est pas aujourd'hui qu'on profitera de la couleur turquoise de l'eau.... mais la vue du lac gelé au fond du cratère n'est pas mal non plus !
Nous faisons le tour du cratère, négociant entre les blocs de lave et la neige et nous retrouvons avec joie la chaleur de la voiture.

Islande

Encore un peu de route, un petit arrêt à Faxi pour des petites chutes, une ou deux rafales... et je cours jusqu'à la voiture, me maudissant d'avoir eu la flemme de prendre ma veste au dessus de mon pull...

Aller, encore 10 km et nous voilà à Geysir qui, comme son nom l'indique (ou pas... en fait... j'suis pas experte en islandais, moi....) possède un magnifique geyser.
Et au geyser, que trouvons nous ? Des japonais ! Tout un groupe frigorifié à attendre que le geyser jaillisse... Et nous aussi d'ailleurs nous nous frigorifions rapidement, car voyez vous, le problème avec un geyser, c'est qu'il ne jaillit que toutes les 10 à 15 minutes, et même pas à intervalles réguliers en plus ! Autant dire que pour prendre LA bonne photo, on a largement le temps de se refroidir les doigts... et d'ici à ce qu'ils soient trop engourdis pour appuyer sur le déclencheur au bon moment.....

Islande

Heureusement, l'heure du repas arrive et avec elle une bonne soupe pour se réchauffer les mains... Et pendant que mon homme part retenter sa change avec monsieur le geyser, je profite de mon café tranquillement.... à m'en brûler la langue...

Suite de la visite : la cascade de Gullfoss, la plus belle d'Islande, voir du monde (d'après les islandais).
En effet, elle est belle cette chute... et tellement impressionnante au milieu de cet univers de glace ! En équilibre sur un sol glacé, fouettée par l'eau et par le vent, je prend tant bien que mal quelques photos tout en m'extasiant (encore) sur la beauté du site.
Par contre, je préfère snober le chemin totalement couvert de glace qui permet de s'approcher de la cascade... pas envie de tomber à l'eau moi ! D'ailleurs, en voyant s'avancer un groupe de touristes mal assurés sur leurs deux pattes, je me dis que c'était en effet le choix le plus raisonnable.

Islande

Et puis la route se poursuite : Laugavartn et son lac chaud (enfin.... plutôt tiède, j'ai trouvé...) et puis la route 365 qui mène à Thingvellir. Route, non stabilisée, il faut le rappeler.... Mais que veut dire "non stabilisée" ???
Au début, tout va bien mais bientôt, il faut se rendre à l'évidence : la route 365, elle n'est pas partout bitumée (passe encore) et à certains endroits complètement enneigée !
Et voilà, ça ne loupe pas, nous finissons totalement bloqués par la neige. On pousse, le 4x4, on essaye en marche avant, en marche arrière, on s'escrime.... mais il faut bien se rendre à l'évidence : ça ne mène à rien !
Mais heureusement, si dans ce pays ils ne connaissent pas les routes, au moins, ils connaissent le portable ! Coup de fil au 112, les secours arrivent, ouf !
Et puis finalement, non, pourquoi avoir recourt au secours alors qu'arrive un gentil autochtone avec son 4x4 autrement plus costaud que le notre, son câble et son envie de rendre service ? (Pour l'envie de rendre service.... peut-être le fait que nous bloquions sa route était une motivation supplémentaire :oP )
Quelques tractions et quelques secousses plus tard, nous voilà sur la route... merci monsieur ! D'après lui, pas de problème pour la suite sauf un peu plus loin où il faudra suivre ses traces en quittant légèrement la route... Ok, c'est noté et on repart !
Aller, aller, on s'arme de courage, on téléphone pour annuler les secours.... Et... euuuuh.... en fait.... p'têt qu'il n'aurait pas fallut suivre les conseils de notre "sauveur" et s'écarter de la route et des traces des autres voitures...
Re-coincés... re-112... "Oh no, you are stucked by the snow again ?"... re-secours qui arrivent.... et re-autochtones qui arrivent pour nous secourir ! Classique, quoi ;-) Sauf que cette fois-ci, au lieu d'un jeune et beau islandais, nous avons 4 papis morts de rire à se demander comment nous avons pu nous retrouver dans le fossé !
Heureusement, cette fois-ci, nous allons dans la même direction et nous y gagnons un ange gardien qui va nous surveiller jusqu'à Thingvellir.

Reste juste un petit passage dans la neige négocié cette fois-ci sans trop de problème et nous voilà sur une belle route goudronnée. Aaaah ! Les bienfaits de la civilisation !!!

Autour de nous, le paysage est bien sûr superbe, le soleil couchant donnant une teinte rosée à toute l'étendue de neige. Cependant, avec nos anges gardiens qui nous précèdent, difficile de s'arrêter pour prendre une petite photo... Mais une photo arriverait-elle de toute faon à rendre toute l'immensité du décor ?

Ca y est, nous sommes à Thingvellir et nos anges gardiens nous laissent voler de nos propres ailes.
N'empêche, si moi aussi j'avais un 4x4 comme ça, ben la neige, ça ne me ferait même pas peur, d'abord ! :oP

Que dire de Thingvellir ? Be,... pas grand chose, en fait... Il commence à se faire tard, trop sombre pour des photos.... et nos aventures neigeuses nous ont quelque peu éprouvés.. Alors tant pis, on regarde un peu sans trop s'éloigner de la voiture, trop pressés d'arriver à l'hôtel.

En chemin, nous avons droit au vent (un peu, beaucoup, passionnément, à la folie... mais jamais pas du tout !), aux beaux paysages, à la nuit qui tombe... et à nos anges gardiens qui regagnent eux aussi leurs pénates et nous font coucou en passant.

Retour enfin sur la route nº1 (qui nous accompagnera pendant l'essentiel de notre voyage) et trajet plutôt tranquille si on exclut le fait que monsieur stresse à mort dès qu'il voit une rafale de vent nous couper la route, emportant avec elle son paquet de neige...

En parlant de couper la route... voilà que nous passons sous le fjord ! Long, long, long tunnel étouffant, oppressant... mais sans verglas au moins ;o) Quel soulagement en revoyant enfin la lumière du jour ! Enfin.... de la nuit.... il ne faut pas oublier qu'il est déjà 17h30 et que le jour se couche tôt ici !

Aller, encore quelques kilomètres... un camion renversé dans le fossé (non, non, ne flippe pas mon coeur) et ouf, nous voilà à bon port. Ouf démultiplié par la joie d'apprendre que oui, oui, oui, l'hôtel fait à dîner et qu'il ne sera pas nécessaire de ressortir ce soir...

Mais il était écrit que la journée ne pouvait pas se terminer sans une dernière frayeur : oh mince ! l'iPod photo ne fonctionne pas !
Heureusement, j'arrive avec mes doigts magiques et ça y est, tout est réparé ! (un comble ! moi qui suis plutôt du genre à avoir la poisse avec l'informatique...)

Ca y est, les photos sont téléchargées, la journée terminée... il est temps pour un repos bien mérité !

A suivre...

Valid HTML 4.01!   Valid CSS!  APRIL